AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De sucres en sucre [Gabriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kalahan Fair
Roi de Trèfle ~Hare - Admin~ Floodeur planqué
Roi de Trèfle ~Hare - Admin~ Floodeur planqué
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 15/07/2010
Age : 28
Localisation : Somewhere...behind you!

MessageSujet: De sucres en sucre [Gabriel]   Ven 18 Mai - 10:21

La mousse aux myrtilles faite, voilà que le roi de Trèfles et le Chess n'avait plus grand chose à faire de leurs dix doigts. Enfin, si Gabriel avait trouver de quoi manger dans son frigo, chose que Kalahan ne savait même pas. C'était encore sa maison qui faisait des gâteries à son invité. Bon cela voulait dire qu'elle l'aimait bien, c'était forcement une mauvaise chose...pour le moment. Kalahan ne se géna pas une seconde pour détailler Gabriel de pied en cap et de cap en pied. Il note le moindre plis aux coins de ses yeux, le moindre froissement de tissus des vêtements qu'il lui avait donnés. Oui donné, Kal n'irait pas lui reclamer ses habits, il s'en foutait un peu à vrai dire...

Mais tout cela mis à part, voilà que les deux compère n'étaient plus dans la maison. Kalahan embrassa du regard la bâtisse menaçant de s'effondrer et d'un baiser mentale scella la porte d'entrée. Celui qui rentrerait dans cette maison, n'en sortirait jamais. C'était pour cela qu'il avait construit cette maison, dans cet endroit. Et vous n'imaginez pas le nombre de pauvres âmes qui s'égarent dans la forêt traitre, parce qu'ils cherchaient le Puits aux souhaits. Etait-ce fait exprès que celui qui veut couper le liens entre Alice et Rabits soit si près de ce puit ? Peut-être...à moins que ce soit pour une raison moins glorieuse mais toute aussi sombre. En fait on s'en foutait.

Il surveilla le chess sans un mot, lui parlant quand il sentait sa conscience vaciller. Pourquoi est-ce que lui il ne s'endormait pas dans cette forêt ? Parce qu'il était immunisé à son parfum de mort et de sommeil éternel. Mais si les Hares, ne ressentaient pas les effets de cette forêt c'est autre chose qu'ils craignent. Mais je ne vais pas vour dire quoi, il ne fat pas non plus rêver.
Tout en marchant il finirent par se retrouver hors de cette forêt noire et repoussante. Kalahan la couva du regard un instant, il l'aimait moins sa maison cette forêt, mais il l'aimait quand même.

Il suivit Gabriel, le regardant gambader comme un imbécile heureux, avec un sourire tordu. Il n'allait pas l'imiter et se mettre à s'amuser, pas question de faire plaisir à la Dormeuse. Il n'allait pas gambader joyeusement parce qu'il était de retour dans le rêve ! Pas même parce que ses vêtement noirs étaient maintenantn aux couleurs de l'arc en ciel. Avec une grimace de dégout, il se demerda pour qu'ils retrouvent leur couleurs noire qu'ils restent ainsi tout le temps. Mais tout en faisant cela, il ne perdit pas le Chess sautillant qui le précédait. Ce dernier ramassait du bois. Mais pourquoi ?


-Pourquoi ramasses-tu ce bois ?

Bah, en dehors de sa forêt noire, il avait quand même le droit d'être curieux. Le disciple de Carreaux ne pouvaient pas être assez idiot pour ramasser du bois juste comme ça, sans avoir quelque chose de précis à en faire. La rêveuse a vaillé a ce que le Chess avec qui il trainait depuis...quelques temps, est un rôle bien précis dans l'histoire.

- On y est presque, regarde !

Kalahan suivit des yeux la direction que lui montrait, du doigt Gabriel. Sa maison avait l'air aussi loufoque que la sienne. Voilà qu'ils s'étaient bien accoquinés tout les deux. La sienne était un champignon en peut tordu, qui semblait avoir connu de meilleurs années. Un peu comme sa maison vu de l'extérieur. La mine deconfite du confiseur, fit rire le Roi de Trèfles.

- Elle allait mieux quand je suis partit… Naäy a du jouer avec le temps…

Mais le sourire de Kalahan se fana bien vite à l'évocation du nom de la Rêveuse. Un sentiment de haine à l'état pur enfla en lui. Il fit un gros effort sur lui même pour ne pas sauter sur le Chess et l'encastrer dans le mur dans sa maison à l'air si triste, en lui hurlant de ne plus jamais prononcer ce nom devant lui. Mais il reussit à se retenir. Gabriel pouvait encore lui être utile. Et surtout, il avait quelque chose à verifier, maintenant qu'il était parvenu jusqu'ici. Il ne devait pas ceder du terrain à sa haine farouche pour le moment. Pas encore.

-Elle est jalouse parce que tu est venu chez moi...un long moment apparement.

Mais il ne parla pas de Nàay, ni même la Rêveuse, ni de la Gamigne Ignarde. Rien pas un mot. Gabriel entra dans la maison, et après quelques instants, Kalahan l'y suivit. L'odeur sucrée qui planait dans cette bâtisse le prit de court, et pendant un instant, il eut un peu de mal à respirer. Mais une fois le haut le coeur passer, et cette étrange odeur acceptée, il put profiter de la vue de l'intérieur. Il ne put s'empecher de penser, que la maison avait la même tête que son propriétaire. Et c'est d'ailleurs ce que Gabriel avait dit de la sienne aussi.

- Bon, il y a pas mal de boulot à faire pour rattraper tout ca, mais c’est chez moi.

Et habitué à saluer sa maison, il salua celle de Gabriel. Après tout, peut-être que la sienne aussi, avait un soupçon d'intelligence. Même si cela ne semblait pas être le cas.

-Bonjour Maison. Ravi de faire ta connaissance.

Il se tourna vers Gabriel, et se dirigea vers lui. Un soupçon de curiosité naissait doucement dans sa tête. Il avait envie d'aller voir les bonbons. Mais il fallait qu'il attende un peu. Qu'il attende que Gabriel lui dise que c'était bon.

-Si je peux t'être utile pour redonner un peu de jeunesse à ta maison, je veux bien.

Il allait jouer les gentil, pendant quelques minutes, ou quelques heures. Il passerait à la seconde étape de son idée, un peu plus tard.

_________________
♣️ Noire Folie qui ronge mon être ♣️

♣️ Je couperai ceux qui doivent l'être♣️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaia-no-sekkai.forumactif.org
Gabriel Sinfangs
Hirondelle paumée ~ Cheshire
Hirondelle paumée ~ Cheshire
avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 18/07/2010

MessageSujet: Re: De sucres en sucre [Gabriel]   Mar 22 Mai - 18:48

Gabriel se promenait joyeusement, il prenait du bon temps, perdu dans sa forêt, ou celle de Kalahan, ou celle de Naày, ou celle d'il ne savait pas qui encore. Ca serait sa forêt et un point c'est tout. Et lui, il était content dedans, il s'y amusait bien, il regardait le ciel, les oiseaux, les petits papillons, et plein de conneries dedans encore en se disant bien qu'elle était toute vide toute triste mais qu'elle avait l'air gentille quand même. Et en même temps, il y avait des petits flashes, ces flashes qui lui revenaient de temps à autres et qu'il pensait pouvoir relier à cette mémoire fantôme qui l'avait si lâchement abandonné mais qui de temps à autres repassait le voir pour le narguer ou au contraire signer les accords de trêve et revenir faire partie de sa vie comme ca avait été le cas auparavant. Il n'en savait rien du tout pour sa part, il avait décidé de cesser de s'en inquiéter. De toute manière, ces bribes de souvenirs étaient comme de la vapeur. A peine les percevait-il et tentait-il de s'en emparer qu'ils disparaissaient déjà ailleurs, et à jamais avait-il l'impression jusqu'à ce qu'ils viennent jouer avec les limites de sa conscience, et que ce manège infernal reprenne. Non, sa mémoire, son ancienne vie, c'étaient des fantômes qui occupaient son environnement mental, mais pour lesquels il ne courra pas après. C'était une perte de temps, bien que le Temps soit ici bien moins important qu'ailleurs, un ailleurs qu'il ne connaissait d'ailleurs pas.

Pour lui, seul comptait le Présent, et ce Présent, il le remplissait en somnolant à moitié, mais de moins en moins maintenant qu'on s'éloignait du Coeur de la forêt. Il ramassait ses bouts de bois, faisant attention à ne pas les prendre trop petits ou trop épais, secs mais pas friables, pas trop abîmés. Depuis le temps qu'il les chassait, il avait apprit à les reconnaître, les traquer, les débusquer, les capturer ! Mais son nouvel ami d'il n'y a même pas une journée ne connaissait pas les méandres de ce jeu, ni même les résultats des gagnants. Arborant une mine tout d'abord boudeuse, il finit par se dire que au fond, ca devait peut être être normal, et ainsi il lui montra une de ses prises d'un air fier et vainqueur.

- Pour tailler des surprises à mettre avec mes bonbons !

Toujours souriant de toutes ses dents blancheur colgate, il reprit son jeu jusqu'à ce qu'ils soient hors du sous bois maudit, et alors les autres morceaux de bois ne l'intéressèrent plus le moins du monde dans la mesure où EUX n'étaient pas enchantés. Du bois normal, il s'en contre balançait, lui c'était du bois magique qu'il utilisait.

Parlant de magique, le cheshire se trouva fort déconfit quand le Temps fut venu. Plus un seul brin d'éclat sur sa maison autrefois flambante ! Il allait s'enquérir des dégâts dans sa maison, son aimée, priant les dieux inconnus qu'ils ne soient point trop élevés.
Heureusement, le Kalahan est amusant, ainsi, même défigurée par les outrages du temps, il se montra tout de même gentil envers sa jolie petite maison. Et heureusement qu'elle n'était pas grande, toutes fenêtres ouvertes et la porte dans le même état, l'aération pouvait espérer se faire rapide, et ainsi cette odeur à soulever le coeur d'une montagne commençait déjà à s'estomper. N'osant penser à tout le boulot qui risquait de lui tomber dessus par paquets de briques, il retroussa ses manches, rangea son bois sur sa réserve fort mal en point, à côté de son atelier de taille et deux trois créations en cours d’élaboration encore, et il poussa un gros soupir de flemme anticipée.

- Nan, je pense pas... Elle est pas assez là pour être jalouse de ca... Enfin, pas assez pour l'être longtemps.

Oui, c'est clair comme de l'eau de boudin, mais avec quelqu'un à la mémoire comme une meule de gruyère ajoutée à ca une folie parfois furieuse, il ne fallait pas lui demander de figurer auprès d'un concours d'éloquence. Le brun testa son robinet, qui lui cracha un filet d'eau boueuse et nauséabonde avant de s'éclaircir au fur et à mesure. Bonne nouvelle, son puits n'était ni asséché, ni obstrué, et ses tuyaux semblaient avoir tenu le coup. Souriant de cette nouvelle qui comme par enchantement avait ensoleillé son visage, il s'était mis à laver la jarre qui autrefois avait contenu son lait tourné et qui de ce fait nécessitait d'un sérieux décrottage. Une fois que ce fut fait, et qu'il ait mit le récipient à gouter, il s'était tourné vers le roi de trèfles en se séchant les mains et lui offrant un beau sourire.

- Avec plaisir oui. A deux c'est toujours moins long que tout seul, et nettement plus amusant! Je te ferai goûter des bonbons en échange, ca te va?

Il lui fit encore un immense sourire. Dans ce genre de cas, on pourrait presque croire qu'il était lucide, calme, bref, pas fou. Il ne faut pas s'y fier, aussi bien il est normal, et puis la seconde d'après il est repartit dans ses nuées de nuages pas composés uniquement d'eau, mais d'autres choses bien plus amusantes et déconseillées pour la santé.
Mais pour le moment, il allait plus ou moins bien, il était plus ou moins lucide, et surtout, il s'était lancé dans la mission "faire l'inventaire".

- On va devoir lever toute cette poussière, regarder si y a pas de la moisissure, surtout du côté des ingrédients et des lavabos, ca peut poser problème, ensuite va falloir s'occuper des toiles d'araignées, voir dans quel état peut être le potager, vérifier que toutes les canalisations ont tenu le coup, le puits aussi... Et réparer le toit, je sens qu'au premier coup de tempête je vais me retrouver noyé...

En même temps qu'il parlait, il s'était mis à écrire avec une craie sur un tableau d'ardoise qu'il avait installé au dessus de son atelier. Sa mémoire étant ce qu'elle est, il a rapidement comprit que si il ne met pas des pense bête dans toutes les pièces, il va vraiment partir en petits morceaux. Voyant la taille de la liste, il poussa un énorme soupir, à nouveau, alla chercher un tablier, réussit à en dénicher un pour kalahan (bon, d'accord il avait des trous et des pattes de chat dessus, mais on fait avec ce qu'on a), puis partit à la pêche de seaux, de balais et de torchons. Une fois les armes préparés, il retroussa ses manches.

- Bon... Autant s'y mettre, hein?

Et pour tenter de se faire croire qu'il était motivé, il commença à attaquer tout cela avec le plan de travail et la cuisine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalahan Fair
Roi de Trèfle ~Hare - Admin~ Floodeur planqué
Roi de Trèfle ~Hare - Admin~ Floodeur planqué
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 15/07/2010
Age : 28
Localisation : Somewhere...behind you!

MessageSujet: Re: De sucres en sucre [Gabriel]   Mer 23 Mai - 14:45

Des surprises dans ses bonbons hein ? Il lui en avait déjà parlé, lui disant qu'il reservait un sort spécial aux heureux gagnants. Mais il lui avait dit d'une telle manière, que même le Roi de Trèfles avait compris qu'il y avait anguille sous roche. Mais il avait bien envie de voir à quoi ressemblait le Gabriel qui était tapis dans l'ombre. Un chess ne portait le signe de Carreaux que s'il était instable et fou...et Gabriel l'était sous ses airs de gamin frivole.

Mais pour l'heure, il avait un autre problèmes sur les bras. La maison de Gariel ne semblait pas être magique, et manifestement il ne communiquait pas avec par la pensée, et elle n'en faisait pas qu'à sa tête. C'était ce qui lui plaisait dans son miteux petit cottage chalereux. Sa volonté propre, cette même volonté qui empêchait Naày de pouvoir le reduir en son pouvoir lorsqu'il entrait dans la forêt.
Même s'il n'était qu'un pion, même s'il lui obeissait parfois sans le savoir...il arrivait toujours à lui filer entre les pattes. Comme ce jour dans le labyrinthe. Il epprouvait un amour et une haine sans borne pour la rêveuse. Mais entre l'un et l'autre il n'y a qu'un pas...

Gabriel lui dit que sa maison n'était pas assez jalouse pour se laisser ainsi dépérir lorsqu'on son unique habitant et maître n'était plus là et aller draguer un cottage assez étrange. Voilà une maîtresse bien conciliante en vérité. Intriguant et amusant pour le roi de Trèfles.


-Tant mieux. Elle est bien docile. Grande serait la colère de la mienne si je m'aventurais trop loin, trop longtemps et que je l'empechait de se nourrir...

Mais ou bien sur, une maison ça mange ! Surtout celle de Kalahan. Dans un rêve tout est possible ! Et dans un cauchemar aussi bien evidement. Surtout dans un cauchemar.

Kalahan se permit de regarder tout autour de lui, tandis que Gabriel vérifiait point après point l'état de sa maison en décomposition. L'eau semblait toujours être là. Il inspecta sa maison, suivit par le regard curieux de trèfles. Ni trop près ni très loin de Gabriel, c'est là qu'il était. L'hirondelle, cet oiseau de printemps n'était pas encore près de ce débarasser de lui.
Aussi, pour pouvoir avoir plus vite accès a cette idée qui lui trottait dans la tête -soit les sucreries- il décida de mettre la main à la pâte, ou plutôt à la poussière et à la moisissure...pour aider un peu Gabriel.


-L'échange me paraît équitable, je prends. Qu'est-ce que je peux faire pour t'aider ?

Et Gabriel se mit à lui ennoncer tout ce qu'ils allaient devoir faire, dans la journée si possible, avec seulement leur quatre bras...tout en le notant sur un tableau noir. Des lettres fines et bien formées. Jolies à regarder. Elles dansaient même très bien lorsque l'hironelle avait le dos tourner, mais se calmaient aussitôt qu'il posait de nouveau les yeux sur le tableau.

-C'est en effet une sacrée liste que voilà. Mais c'est faisable, avec beaucoup de bonne volonté...

Mais il en perdit les mots lorsque l'hirondelle lui secoua le tablier sous le nez. Entre deux doigts, il le prit et observa Gabriel, qui le regardait avec un sourire de gamin.

-Je dois mettre ça ? Simplement pour faire le ménage ?

A quoi ça pouvait servir ? Un tablier c'était pour faire la cuisine et pas le ménage. Etait-il devenu fou ? Non...Gabriel l'était déjà depuis un long, trop long moment pour qu'il s'en souvienne en fait. Mais le brun était était déjà parti chercher de quoi commencer le ménage. Et il s'y était même atteler avec un semblant de bonne volonté.
Alors le roi de Trèfles s'y mit aussi. Attrappant un balai, il commença a deloger les toiles d'araignées et les araignées qui allait avec, resistant à l'envie de les écrasant sous sa chaussure en riant. Il n'aimait pas ses bestiole, pas plus que le symbôle qu'elles représentaient. Mais il ne le fit pas, les chassant plutôt de la maison a grand coup de balai. C'était un compromis entre la violence gratuite ou la violence amicale. Dans le second cas, elles restaient vivantes, dans l'autre elles auraient crevées.

Dans le rêve, le Temps ne passe pas de la même manière, et on ne cherche pas à le compter. Mais après avoir d'etoilé l'intérieur de la maison, le roi de Trèfles sorti, et entrepris de reparer le toit comme Gabriel le lui avait dit.
Les travaux manuels ils connaissait ça. Il se rappelait sa vie chez les humains, il se souvenaient de ce qu'il y faisait...dans ses moments d'intense lucidité. Mais son corps se souvenait de ce qu'il avait fait avec de couper le lien, avant Cely, avant le Rêve. Et reparer un toit, il l'avait déjà fait quand il était mioche. Alors il pouvait bien le faire chez Gabriel. D'ailleurs, ce la lui prit plus de temps. Il eut le temps de voir l'herbe passer du rose au bleu puis au jaune avant de devenir orange. Trois teinte de couleur différentes. La plaine du Rêve était belle a voir il ne le niait pas, mais il n'aimait pas cet endroit. Il adressa au ciel jaune fluo, un sourire plus carnassier que jamais.


-Un jour tu seras a moi.

Et il planta un nouveau clou, puis encore un et encore un autre. Ainsi de suite jusqu'à ce qu'il est reparé une bonne partie. Il dut descendre, parce qu'il n'avait plus de clous.

-Des clous pour le toit tu en a encore ? Et des jolies tuiles pour recouvrir les planches ?

Quand il décidait de mettre la main à la pâte, Kalou ne faisait pas semblant. Il le faisait vraiment. Même si c'était avant tout parce qu'il avait en tête une idée, et une curiosité a assouvir avant toute chose.

_________________
♣️ Noire Folie qui ronge mon être ♣️

♣️ Je couperai ceux qui doivent l'être♣️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaia-no-sekkai.forumactif.org
Gabriel Sinfangs
Hirondelle paumée ~ Cheshire
Hirondelle paumée ~ Cheshire
avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 18/07/2010

MessageSujet: Re: De sucres en sucre [Gabriel]   Jeu 24 Mai - 9:19

Le Chess avait penché la tête sur le côté en se mordillant la lèvre. Le Hare racontait de drôles de choses, il avait un petit peu de mal à suivre totu ce qu'il disait. A la limite, ca, ca ne le dérangeait pas trop dans la mesure où il en avait l'habitude, mais il se trouvait que là, ca semblait intéressant ce qu'il racontait, alors il faisait de petits efforts pour tenter de se raccrocher aux wagons sans rails que semblait posséder le roi de trèfles. Même quand il ne comprend rien, Gabriel ne rechignera jamais sur une bonne dose d’amusements et de rires. Bon, pour lui certaines choses amusantes ne le sont pas le moins du monde pour le commun des mortels, mais on ne peut pas tout faire après tout.

- Maison est sage... Elle ne fais pas trop de bêtises et ne m'a encore jamais caché d'affaires...

Il fit ainsi un nouveau beau sourire, s'étira un petit peu, enfourna une sucette à l'orange dans sa bouche et fit le tour du propriétaire. Au passage, il en profita pour faire un inventaire rapide de ses bonbons vérifier que personne n'avait eu la délicieuse idée de venir piquer dans SES bonbons à LUI. Quand il lest vendait, ca allait, mais sinon, sans son consentement, on ne touche pas ! D'ailleurs il avait été donné pour servir de paiement après retapage de son atelier bien aimé qui avait connu le temps, la grêle, la pluie et bien pire encore. Il sourit doucement alors qu'il acceptait de l'aider, et lui mit une sucette à la myrtille dans la bouche pour l'en remercier.

- Bonne volonté ou non, il faudra quand même le faire à la fin, donc autant s'y mettre de suite !

Par contre, la tête du roi de trèfles devant une chose aussi évidente qu'un tablier ne put que lui arracher un éclat de rire ma fois très gai, comme un pinson, un sourire à obscurcir le soleil, et une bonne humeur gagnée pour la journée sur le coup.

- Bien sûr ! Quand on travaille à la maison, on met toujours un tablier !

Hochant la tête comme si c'était l'évidence même, il termina d'attacher le sien en mâchouillant sa sucette pour le simple et jouissif plaisir d'entendre et sentir les craquements du sucre et du miel sous ses dents.
En premier lieu, il fallu bien déloger les araignées. Gabriel, il les aimait pas. Elles avaient plein de pattes partout, elles se cachaient, elle faisaient des fils partout... Il les aimait pas, mais en même temps il s'entendait bien avec. Avec leurs toiles, elles mangeaient les mouches et les fourmis qui attaquaient ses précieux ingrédients. Alors ils s'étaient entendus. Elles ne touchaient pas aux lieux de vie, et il les laissait tranquilles sur les hauteurs. Mais là, elles s'étaient quand même un peu trop étalées sur les zones qui ne faisaient pas partie du pacte de non agression, et surtout elles étaient trop nombreuses. Alors il avait fallu les faire partir, mais il savait qu'elles reviendraient en petit nombre pour s'installer là où elles le devaient, et alors il les laisserait tranquilles.

Pendant que son invité réparait son toit, avec les bruits réguliers de coups de marteau, le Chess pour sa part vérifiait tout ses ingrédients en sortant tout, pesant tout, mesurant tout, goûtant tout... Miraculeusement (ou non, nous nous trouvons bien dans le Rêve après tout), rien ne semblait avoir bougé, ainsi il n'aurait qu'à courir après du lait et rien d'autre. Il lui fallu bien une demi heure pour tout ranger avec une organisation qui en frôlait le maladif, et lorsque ce fut fait, il sortir dehors voir comment avait survécu son potager... Et là... là il vit la fin de toute chose, le début de la fin, l'apocalypse mes amis. Parce que si potager il y avait eu, maintenant c'était une forêt vierge qui se pressait à ses pieds. Adieux fraises, framboises, courgettes et aubergines ! Il estima rapidement les dégâts et en arriva à la conclusion que tout était à arracher. Evidement il soupira encore. Le Chess adorait soupirer tout le temps pour le simple et délicieux plaisir de se plaindre. Enfin, puisqu'on y est... Il prépara déjà un feu en faisant bien attention à ce qu'il ne se répande pas, vent ou pas vent, puis il commenca à tout arracher, récupérant dans un panier ce qui pouvait encore l'être. Ca lui prit bien trois heures pour tout faire, et c'est donc en nage qu'il accueillit le roi de trèfles.

- Il y en a dans la remise, ici... Si il ne sont pas trop rouillés. Pour les tuiles... Je les cuisinerai !

Oui, vous n'avez pas rêvé, il a bien parlé de cuisiner des tuiles. De là à savoir si ce seront des tuiles de pain d'épice ou bien de l'argile... Voire les deux, qui sait avec lui. Mettant toutes ses mauvaise herbes à brûler, il récupéra son panier de sauvés du Grand Cataclysme avec toujours ce même sourire gamin et frivole.

- On a bien avancé. Je t'offre un thé, pour qu'on fasse une petite pause avant de s'y remettre?

Un bon thé... Non, une tisane ! Il ferait une tisane menthe-réglisse en ajoutant du miel dedans... A cette idée, son sourire s'agrandit encore, et il marcha ainsi d'un pas décidé vers sa maison-champignon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalahan Fair
Roi de Trèfle ~Hare - Admin~ Floodeur planqué
Roi de Trèfle ~Hare - Admin~ Floodeur planqué
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 15/07/2010
Age : 28
Localisation : Somewhere...behind you!

MessageSujet: Re: De sucres en sucre [Gabriel]   Lun 18 Juin - 22:07

La maison de Gabriel était sage hein ? Et bien au moins il y en avait une qui était sage dans ce monde tordu et tortueux qu'était le Rêve. Oui Kalahan pensait parfois, dans ses moment de lucidité totale, que le rêve n'était qu'un monde féerique, dans l'esprit de l'être humain. Il savait que ce n'était pas le monde réel, mais comme tout un chacun, il se faisait plaisir en l'oubliant. Ici, il n'y avait plus rien qui faisait mal...enfin ça c'était ce que le Dormeuse voulait faire croire à tout le monde.
Un sourire étira la lèvre du Hare. Et la lucidité s'en fut, dans un coin sombre, là où il ne pouvait pas la suivre. Il redeveint le Roi deTrèfle, conscient de sa folie mais, heureux, d'être ce qu'il était à présent.

Le Chess lui fourra dans un bouche une sucette. Les yeux du Hare s'allumèrent d'un feu passionné, avant de s'adoucir. La myrtille. Sensationnel. Le sucre de la friandise n'avait pas beaucoup alteré le goût delicieux de cette petite baie qui se faisait de plus en plus rare. Il ota la sucette de sa bouche, et observa la couleur lilas de cette dernière, avant de donner un petit coup de langue terriblement lent. Et...d'ambrasser le confiseur qui avait réaliser cette merveille. Su la joue.
C'était sa façon de dire merci. Parce qu'il ne le disait pas souvent de vive voix, ça pourrait être dangereux ici.

Le roi de Trèfles mit de coté l'éclat de rire. Il se moquait ouvertement de lui. Et bien soit...mais il laissa courir. Lui il ne mettait pas de tablier, et sa maison avait tendance a aspirer les vêtements de la même manière qu'elle mangeait les égarés de la forêt comme petit déjeuner.


Et ils se mirent au travail. L'un à l'intérieur, l'autre à l'extérieur.
Kalahan s'était investit de la tâche de reparer le toit. Encore une chose qu'l n'avait jamais fait chez lui, dans la forêt, mais que son esprit humain gardait. Comme quoi, les souvenir d'une ancienne vie, parfois ça peut-être drôlement utile. La preuve ici même. Il n'avait planté de clou de sa vie, et pourtant, il se debrouillait plutôt bien. La tête pleine du bruit de marteau, et son cours parcourus de frissons a cause des vibrations des coups qu'il donnait sur les planches, il n'entendit pas les soupir desespés et les cris d'agonie du chess. Ni ceux des pauvre legumes qui allaient être deloger de leur nid douillet et qui ne pourraient pas pourir en paix et degager une sublime odeur de pourriture totalement abominable.

Il descendit du toit. Il lui manquait des clous pour finir son oeuvre. Alors il demande au propriétaire où est-ce qu'il pourrait en trouver.


- Il y en a dans la remise, ici... Si il ne sont pas trop rouillés. Pour les tuiles... Je les cuisinerai ! 

La remise hein...Kalahan regarda tout autour de lui, d'un air circonspect. Puis il denicha ce qui devait la remise en question. Il poussa la porte qui grinça sur ses gonds, et entra dans la fameuse remise. Plongée dans l'obscurité la plus totale, il lui fallait quelques minutes pour que ses yeux s'adapte au changement de luminosité. Il se mangea une ou deux toile d'raignée avant de gronder. Etrangement il n'en mangea plus aucune. Il y avait des tas de trucs dans ce lieu, qui lui semblait totalement inutile. Mais peut-être que pour une habitant de la Plaine, c'était utile. Allez savoir vous. Il chercha, sans trop de conviction, les clous qui lui manquait pour terminer le travail entreprit. Le fait de faire cuire des tuile ne l'avait pas déranger que ça. Le Chess pensait bizarrement, pas besoin de le connaître depuis des années pour savoir qu'il avait quelques cases en moins...tout comme lui d'ailleurs.

-Ah les voilà !

Les clous étaient là devant lui. Ils étaient bleus, c'était encore plus étranges, mais bon, nous étions dans le rêve...tout ce qui n'est pas un peu psychédélique est plus étrange que des murs qui se mangent ou...des murs qui se mangent...
Le Hare sortit de la maison, adressa un sourire rayonnant à Gabriel. Et se mit à lecher le mur extérieur de la maison.


-Beuh...Reglisse...a la myrtille tes murs auraient été meilleurs !

Alors vous voyez...des tuiles cuisiner au fou pour mettre sur le toit, c'était pas bien étrange au final. On se serait presque cru dans le contre pour enfant d'Hansel et Gretel, avec la maison en pain d'épices.

- On a bien avancé. Je t'offre un thé, pour qu'on fasse une petite pause avant de s'y remettre?

Le Hare hocha la tête. Ils avaient bien travaillés mais il avait déjà oublié ce qui lui restait à faire. Bah c'est pas grave. Il le lui demanderais en temps voulu. Il sorti de sa poche la sucette que la rêveuse lui avait glissé dans le labyrinthe. Il lobserva un instant avant de la mettre à la bouche avec un sourire.

-Oui allons boire un thé. Cela nous fera le plus grand bien.

En fait...il n'avait jamais bu de thé. Simplement des café amers et des chocolats chaud...comme ceux des italiens...simplement du chocolat fondu, onctueux, sans aucune gouttes de lait. Le bonheur pour le fraind de sucre...qu'il n'était pas vraiment.

_________________
♣️ Noire Folie qui ronge mon être ♣️

♣️ Je couperai ceux qui doivent l'être♣️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaia-no-sekkai.forumactif.org
Gabriel Sinfangs
Hirondelle paumée ~ Cheshire
Hirondelle paumée ~ Cheshire
avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 18/07/2010

MessageSujet: Re: De sucres en sucre [Gabriel]   Dim 23 Sep - 8:58

Le chantier de la maison avançait relativement vite. Il était quand même rare d’avoir de l’aide, et surtout d’avoir quelqu’un qui vous aide et qui ne fasse pas de bêtises majeures. C’étaient deux atouts plus qu’avancés. Par chance, sa maison n’était pas très vivante, mais elle était très conciliante. Ainsi, elle ne posait pas beaucoup de problèmes les rares fois où on tentait d’y faire des travaux ou des rénovations. Par contre, fallait pas toucher aux murs ! Un jour, Gabriel avait tenté de percer un trou dans le mur ouest pour y faire une fenêtre… Il a frôlé la mort un nombre incalculable de fois avant de finalement arriver à bon port… Et encore… On ne compte pas le nombre de tuiles qui lui sont tombées dessus… Et au sens littéral du terme parfois.

Il soupira doucement, sourit, et nettoya le four à fond. Il Fallait tout racler, nettoyer, laver, récurer, poncer… Et il démontait tout. Même des pièces qu’on ne pensait pas pouvoir démonter, il les démontait aussi. Gabriel n’est pas excessivement maniaque, mais on ne déconne pas avec la cuisine. Tout le reste il s’en fout, rangé, dérangé, ce n’est pas son problème. Mais on touche pas à la cuisine.
D’ailleurs elle allait bientôt tourner à fond dans la mesure où il allait falloir cuisiner toutes les tuiles manquantes et remplacer celles qui étaient trop abîmées. C’était une surprise de la part de la rêveuse dont il se serait quand même volontiers passé, lui. Mais heureusement que le roi de trèfles était là. D’ailleurs il avait finit de lui mener les clous pour continuer son boulot. La décision de faire un thé pour se reposer avait été prise sur un coup de tête, mais quand on y pensait, ca semblait être tout de même une bonne idée.

Il attrapa une boîte et l’ouvrit… Et la referma bien vite avec une grimace dégoûtée. Le thé, ca peut pourrir en fait. Il poussa un énorme soupir assez esseulé. C’était son thé préféré… Enfin, autant faire avec. Il fouilla dans ses placards et sortis d’autre pots qui eux sortirent vainqueur du test vérificatif.

- Thé à la menthe, ca te va ?

Que ca lui aille ou que ca ne lui aille pas, de toute manière, ca revenait au même. Il n’avait pas le choix. Il mit donc l’eau à chauffer, fourra du miel, de la menthe, du sucre, beaucoup de sucre, et puis un peu de pignons dans la théière, puis l’eau chaude une fois qu’elle fut prête, et il servit le tout en collant parce qu’il n’avait pas envie de le faire en pantalon.
Et puis comme on ne peut pas prendre du thé sans biscuits, il attrapa des langues de chat et des sablés au chocolat qu’il posa sur une assiette avec quelques myrtilles qui traînaient de ci, de là. Il avait finit par comprendre à la longue qu’il aimait ca, alors il essayait de lui en sortir pour lui faire plaisir. C’est toujours pratique de faire plaisir à ses invités. Tout en en grignotant un, il fixait son hôte. C’est fou cette impression qu’il l’avait déjà vu quelque part… mais où, telle était la question.

- Et sinon… Mis à part jouer dans ta maison, tu fais quoi pour t’occuper ?

Non, ce n’est pas un remix foireux de drague du dernier millénaire, c’est de la vrai curiosité. Il faut dire que dans ses plaines, il ne croise pas beaucoup de gens… Du moins pas beaucoup de gens comme le roi de trèfles. Et c’est toujours intéressant les gens. Il y en a plein de différents… Donc plein à tuer différemment. Ou attendre un peu avant de les tuer… Faut voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalahan Fair
Roi de Trèfle ~Hare - Admin~ Floodeur planqué
Roi de Trèfle ~Hare - Admin~ Floodeur planqué
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 15/07/2010
Age : 28
Localisation : Somewhere...behind you!

MessageSujet: Re: De sucres en sucre [Gabriel]   Ven 28 Déc - 17:49

Le Cheshire lui proposa un thé pour la détente. D'accord, le roi de Trèfles, n'allait pas dire non a un bon thé, préparer de main de maître pas le chaton du monde des rêves quand même ? Non, il n'était pas comme ça. Et puis c'était l'occasion rêvée de boire un autre thé que l'infusion de myrtille préparée par sa gentille et adorable maison.

- Thé à la menthe, ça te va ?

-Oui c'est bien le thé à la menthe. C'est toi qui le fait ?

Oui c'était une question conne, mais le pauvre Kalou n'était pas obligé de faire preuve d'intelligence à chaque question aussi. Il était, comment dire, occupé à réfléchir à sa réparation de toi là pour le moment, et au récurage du sol de l'arrière boutique de chez Gabriel. Il ne pouvait s’empêcher de penser, que dans cette partie du monde des rêves, les maisons étaient calmes. En même temps, lui il était un habitant du cauchemar, c'était la seule et unique raison de cette différence. Et en même temps, il était Roi des gens qui perdait la tête et qui pouvait se sentir visés par une simple phrase, dans une chanson du monde réel qui disait « je hais les couples ». C'était le cas, ici, dans ce monde on marchait par couples, et Kalahan détestait les couple depuis que la rêveuse lui avait volé le sien. Et il vivait dans cette forêt où son rêve était parti en fumé, si vite sans qu'il puisse rien y faire.

Mais la théière qui apparu comme par magie sous son nez, portée par Gabriel, le sorti de ses sombres pensée. Il ne devait pas laissé sa noirceur éclatée ici. Par encore, ce n'était pas le moment. De plus il sentait la présence des Faucheurs de cauchemars, qui lui courrait après dans cette partie du Rêve. Sur la petite assiette, communément appelé sous-tasse, il y avait des langues de chats et des myrtilles. Le Roi de trèfles, les englouties, les faisant rouler sur sa langue, comme si c'était le meilleur des bonbons qui existe. Il sentait le regard instant du Chess sur lui, mais il se bornait à garder les yeux fermés pour profiter de la saveurs de ses myrtilles. Elles étaient toutes bonnes, toutes...un vrai délice. C'était succulent.

Lorsqu'il ouvrit enfin les yeux, les yeux bleus sombres de Gabriel étaient toujours posés sur lui, comme s'il essayait de se rappeler d'une chose, enfoui très loin dans sa mémoire.


-Ne force pas trop, tu vas te griller le cerveau...ce serait bête, après, je vais devoir travailler tout seul...et ta maison sera à moi.

Oui il le disait le plus sérieusement du monde. Si jamais le Chess lui clamsait entre les doigts, non seulement il se ferait un plaisir de le cuisiner, mais en plus il lui piquerait sa maison, qu'il plierait à sa volonté, faisant d'elle une mangeuse de rêves, juste pour casser les pieds à Naày, sur son propre terrain.


- Et sinon… Mis à part jouer dans ta maison, tu fais quoi pour t’occuper ?

Kalan pose sur Gabriel son regard rouge où brillait un feu étrange.

-Tu aimerais le savoir hein ?

Il porta la tasse à ses lèvres, dissimulant ainsi, le sourire carnassier qu'il arborait, sans lâcher le petit brun des yeux.

-Du découpage...du jardinage...j'aime beaucoup le découpage...c'est si jouissif...Cette sensation d'avoir le droit de décider de ce qui doit rester entier ou de ce qui doit être seul...

Il se mit à rire, avant de boire a nouveau son thé, et de reposer sa tasse.

-Très bon. Ton thé.

Puis il posa un regard moqueur sur lui.

-Et toi ? Tu passe tes journée dans a cuisine n'est-ce pas ? Tu as une odeur tellement sucrée, que ce ne serait pas étonnant.

_________________
♣️ Noire Folie qui ronge mon être ♣️

♣️ Je couperai ceux qui doivent l'être♣️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaia-no-sekkai.forumactif.org
Gabriel Sinfangs
Hirondelle paumée ~ Cheshire
Hirondelle paumée ~ Cheshire
avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 18/07/2010

MessageSujet: Re: De sucres en sucre [Gabriel]   Lun 27 Jan - 10:56

[*dépoussière le sujet* - *tousse à cause du nuage* - Salut tout le mooonde \o/]

Gabriel fixait le vide, tentant désespérément de retrouver les méandres obscurs de sa mémoire défaillante. Sans succès malheureusement. Il avait très souvent le sentiment d'avoir oublié quelque chose d'important, mais à chaque fois, à peine avait-il tenté de formuler cette pensée clairement dans le but d'en faire une réelle réflexion que, déjà, elle était repartie et il se retrouvait avec... Plus rien. Soupirant, il regardait autour de lui dans le vide de sa cervelle d'hirondelle (faut être objectif, c'est con ces bestioles), et finissait par se perdre lui même, et penser à autre chose au final. Or, il en avait assez de penser à autre chose au final, ca le fatiguait énormément de penser à autre chose au final. Mais même cette colère lasse, il finissait par l'oublier. Pourquoi lutter quand on peut simplement laisser couler les choses?

Ainsi, la remarque de son hôte le fit sursauter. Regardant un peu bêtement sa théière, puis le nuage de vapeur qui s'échappait des tasses maintenant remplies, il pencha la tête sur le côté et se gratta le crâne d'un air penaud. Il essaya de comprendre de quoi on parlait déjà... Travailler.... Ah... La maison...

- Nan. Si je meurs, ce sera plus ma maison, ce sera la tienne. Donc ma maison en tant que tel n'existera plus et elle disparaitra.

La phrase n'était peut être pas au summum de la logique pure et nette, mais dans ce monde, ce qui est illogique est logique, ce qui est en haut et en bas, et il faut faire rouler le navire pour se sortir de l'antre de Davy //SBANG//. Les neurones retrouvant progressivement les bonnes connexions, le Chess s'était assis en face de son invité, avec un sourire un peu crispé, tasse en main et capturant un biscuit au passage. Surtout les biscuits. Quand tout va mal, il faut encore manger du sucre, et tout ira mieux. Tout passe par le sucre. Il continuait son rôle du parfait inviteur en mangeant, parlant, questionnant. Il était impossible de parler de la pluie et du beau temps dans un monde où la notion de Temps dépendait du rêve d'une créature aussi folle et malveillante que fantasque. A défaut de la pluie et du temps, il parlait donc de lui... Mais les réponses étaient aussi incohérentes que sa mémoire. Il n'y comprenait pas grand chose, la seule chose qu'il savait, c'était qu'il aimait ca. Gabriel comprenait ce qu'il disait, mais il savait qu'il y avait un sous entendu qu'il ne saisissait pas. Et ca ne lui plaisait pas. Ne trouvant rien d'autre à dire, il émietta rageusement son biscuit, n'en faisant qu'un petit tas de poudre canellée.

- C'est le sucre. Le sucre peut rentre le dégueulasse délicieux.

Curieux, il respira ses vêtements et ses cheveux. Il ne se sentait pas si sucré que ca... Tout sentait le sucre chez lui, les murs eux même étaient de sucre, l'enduit était sucré... Mais il y avait toujours un fond de vérité.

- Je suis confiseur... C'est normal d'être dans la cuisine. Je fais des bonbons, des sucettes, du chocolat, quelques biscuits... Il faut de la couleur, des explosions de senteur....

Tout en faisant l'exposé de ses possessions, il souriait, mangeant, se resservait et buvait.... Rien qu'à en parler, il imaginait déjà de nouveaux produits, de nouvelles façons de faire... Des méthodes pour tuer.

- Et puis je fais des surprises...

Souriant comme un perdu, il était allé ouvrir son petit coffre où étaient précieusement rangées ses petites sculptures de bois magique... Elles étaient toutes là, intouchables, parfaites. Chacune portait l'odeur d'un ingrédient et la gardait, toujours propre, ne gardant jamais la saleté ou des traces de sucre, même après les avoir plongées dans du caramel.

- De toutes les tailles, des petits animaux, des bonhommes... Et puis parmi toutes celles là, il y a le poison...

Il attrapa la petite figurine d'hirondelle et la caressa amoureusement. Chaque client qui trouvait une petite figurine la ramenait, car il offrait un bonbon au parfum de son odeur... Et quand ils ramenaient l'hirondelle, il offrait la plus douce des friandise... Ses yeux, vides, brillaient maintenant d'une exaltation presque lubrique. Avec des gestes d'amant, il posa la petite figure d'oiseau sur la table.

- Tout... vide, si vide... Quand le sucre sera prêt, il faudra que tu joues encore avec moi.... jusqu'à la friandise.

La phrase le fit rire. Il oublia au milieu pourquoi il riait. S'arrêtant brusquement, il sauta sur ses pieds et ramena sa tasse pour la nettoyer en chantonnant une petite comptine. Oh oui, bientôt il pourra relancer la production... Faire ses bonbons bien aimés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De sucres en sucre [Gabriel]   

Revenir en haut Aller en bas
 
De sucres en sucre [Gabriel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sucre parfumé
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» Gabriel Soap, [validée]
» Canne à sucre : une filière à redynamiser

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Toile des Rêves :: Le Miroir aux Rêves :: Les Plaines du Rêve :: La Chaumières aux Hirondelles-
Sauter vers: